La répétition itéractive d'un mensonge ne le transforme pas en vérité

„Ein langes Gespräch macht den Weisesten zum Narren“

Friedrich Nietzsche

 

Nietzsche a écrit cette pensée à une époque où la radio commençait à peine à balbutier, où les journaux étaient beaucoup plus nombreux qu'aujourd'hui et beaucoup plus diversifiés quant à leurs options politiques, même si beaucoup ne paraissaient que deux à trois fois par semaine. Elle montre une tendance fondamentale de notre pensée : à force d'entendre toujours les mêmes affirmations, celles-ci restent gravées et deviennent un peu plus vraies qu'elles ne le sont en réalité. OMO lave plus blanc, l'Union Européenne est un ramassis de fonctionnaires bornés et est foncièrement antidémocratique, les récipiendaires de l'assurance invalidité sont très souvent des tricheurs, les réfugiés sont majoritairement des gens qui optimisent leur situation économique et profitent à fond de nos assurances sociales, les Suisses romands ne sont ni si sérieux ni si exacts que les Suisses alémaniques, ceux qui nous représentent à Berne appartiennent à une élite déconnectée du peuple, le changement climatique est une hérésie des écologistes, et j'en passe.

Il me paraît particulièrement important d'être conscient de cette tendance à laquelle nul n'échappe quand il s'agit de prendre des décisions de citoyen responsable. Nous sommes en effet des victimes majoritairement pseudo-consentantes d'un lavage de cerveau pour beaucoup de sujets mineurs ou semblant tels par la publicité déclarée ou cachée dans des films, des séries télévisées ou de faux reportages ; en politique nationale par une tactique pensée et organisée par certaines forces politiques qui martèlent leurs convictions sous forme de lettres de lecteurs en série dont le contenu est livré à leurs soi-disant auteurs par la centrale de propagande, par l'exagération voulue et répétée de leurs soi-disant vérités à toutes les occasions possibles et imaginables. Souvent même ces thuriféraires de leurs maîtres à penser, que nous soupçonnons d'être menteurs, ont répété si fréquemment leurs affirmations discutables qu'ils ont l'intime conviction de propager une indiscutable vérité.

Les effets de telles formes de publicité ou de propagande sont aggravés par deux phénomènes supplémentaires. L'un est la passivité ou à la longue la résignation de l'opposition ou des réactions critiques. L'autre est un effet inhibiteur sur beaucoup de gens qui n'osent plus prendre une position contraire ou exprimer une opinion différente de celle supposée être la juste parce qu'elle semble être celle que l'on entend le plus souvent. Se comporter en anticonformiste suppose en effet un courage supérieur à la moyenne.

 

Or la répétition itérative d'un mensonge ne le transforme pas en vérité.

 

Le moujéri