« Mon pays, la République démocratique du Congo (RDC) »
Samy Nimi, le 2 octobre 2008

La RDC est située au milieu du continent africain. Sa capitale Kinshasa a plus de 10 mio d’habitants. Le pays, 80 fois plus grand que la Belgique, est peuplé d’environ 60 mio d’âmes. C’est un peuple accueillant dont la culture est basée sur les valeurs et les traditions africaines. Les 11 provinces ont des infrastructures universitaires, administratives, hospitalières… Il y a plus de 400 tribus et 800 ethnies et dialectes, 4 langues officielles bantoues (kikongo, lingala, tshiluba, swahili). Le français est la langue légale et d’enseignement.

Les conquêtes de Léopold II ont façonné ses frontières : à l’ouest avec 30 km sur l’Atlantique l’enclave de Cabinda (Angola) et la République du Congo Brazzaville, au nord la République Centre Africaine et le Soudan, à l’est l’Ouganda, le Ruanda, le Burundi et la Tanzanie, au sud la Zambie et l’Angola.

Le pays à climat équatorial, tropical et de montagne est arrosé par plusieurs fleuves dont l’immense Congo. L’est a plusieurs lacs profonds des plus poissonneux.

Le sol congolais est très fertile ; c’est la 2e réserve forestière mondiale. Les immenses ressources naturelles présentent presque tous les métaux, en particulier l’uranium, les diamants, l’or, le coltan ainsi que le pétrole et le gaz. Ces richesses provoquent la convoitise. Il suffit de se rappeler la sécession katangaise !

Avec l’exploration par Stanley en 1876 débuta la colonisation. Dès 1879 Stanley imposa les cultures et religions occidentales en abolissant les religions autochtones. L’État congolais est laïc ; il reconnaît le catholicisme, le protestantisme et ses diverses communautés.

En 1886 la conférence de Berlin crée l’État congolais et Léopold II en devint le roi ; par la suite il le céda à la Belgique et le pays se nomme alors Congo Belge. En 1959 des émeutes réclament l’indépendance du pays qui lui est accordée le 30 juin 1960. Joseph Kasa Vubu est élu président ; son Premier Ministre Patrice Lumumba, socialiste, est assassiné en 1961. Au cours des négociations pour la recherche de la paix le secrétaire général des NU, Dag Hammarskjöld, trouva la mort ä Ndola dans un accident d’avion. Les guerres civiles se succèdent alors en faisant plus de 500'000 victimes.

Ceci marque l’ascension de Joseph Mobutu qui prend le pouvoir par un coup d’Etat en novembre 1965. Pendant 32 années il eut toutefois le mérite d’unifier le pays qui vécut alors en paix. Mais il devint dictateur ; des contrats énormes furent conclus avec des sociétés occidentales. Ils plongèrent le pays dans une dette ingérable provoquant une paupérisation. L’économie fut radicalement ralentie tout en détruisant l’outil de travail.

Le génocide ruandais importa la guerre en RDC. Le Président Laurent Désiré Kabila s’empara du pouvoir puis fut assassiné. Son fils arrive au pouvoir par cooptation. Les nombreuses tentatives de paix sont vouées à l’échec. Les contestations, des émeutes sans fin, les essais de mainmise sur les richesses naturelles provoquent guerre, massacres, pillages et viols.

Samy Nimi termine son exposé en pensant que les espérances d’un avenir meilleur s’amenuisent. Pour lui, un proverbe tshiluba qualifie bien cette guerre par procuration : "Si tu vois un enfant sur un arbre injurier un adulte c’est qu’il y a un adulte sous l’arbre qui lui souffle les injures"

Eric De Bernardini, à l’aide du texte de Samy Nimi