Visite du Laténium à Hauterive Neuchâtel, samedi 14 mars 2009

Nos ancêtres refont surface!

     

Nous étions une trentaine à nous rassembler dans le foyer du musée archéologique qui se trouve au-dessus du Lac de Neuchâtel et offre une vue superbe.

Le musée porte le nom de Laténium en hommage à la Tène qui, d’Irlande à la Roumanie, désigne la civilisation celtique du 2ème Âge de Fer. Il possède une exposition permanente qui a comme thème 500 siècles d’histoire régionale et européenne.

L’exposition permanente du Laténium expose 50'000 ans de préhistoire et d’histoire au travers de mises en scènes inédites. Plus  de cent sites  archéologiques enfouis sous la terre ou sous les eaux du lac ont été mis au jour durant ces dernières années, couvrant la période allant de l’homme de Neandertal au Moyen Age. L’exposition est un voyage dans le temps et dans l’espace. Elle accompagne le visiteur dans la découverte de ses origines.

Pour notre visite guidée, on nous a alloué un guide d’origine suisse allemande mais qui parle parfaitement le français, Daniel d’Agnollo. Il nous raconte que la civilisation a débuté en Afrique. Les australopithèques, ayant vécu entre 4 millions ½ et 1 million d’années avant notre ère, ont déjà travaillé avec des outils et sont les premiers ancêtres à se tenir debout – homo erectus. Nous quittons l’Afrique et passons de l’homme de Neandertal à l’époque glaciaire (il y a 40'000 ans avant J.-C.). Nous avons admiré les outils des différentes époques, les œuvres d’art fabriquées avec une ingéniosité incroyable, par exemple des dents utilisées pour travailler le cuir !

Après l’époque glaciaire et le changement du climat, la toundra a remplacé la glace et les populations nomades ont été remplacées, pendant l’époque lacustre, par une société sédentaire. Ces premiers paysans sont agriculteurs et producteurs. Une hiérarchie se crée où les paysans plus doués stockent leurs graines. Le résultat est une surproduction de nourriture. Les paysans plus malins donnent de la nourriture aux gens moins fortunés mais seulement contre paiement! C’est à cette époque que se crée la première écriture, surtout pour pouvoir faire de  la comptabilité!  Le mode de vie sédentaire permet de former des villes de 6'000 à 7'000 personnes. On construit des temples et des palais et on importe des marchandises de pays voisins.

Mais les lacustres n’étaient qu’une partie de la civilisation présente au cours de la préhistoire, au Néolithique et à l'âge du Bronze en Europe. Nous avons pu admirer leurs outils faits de bronze (épingles pour tenir des habits, des rasoirs …).

Ensuite nous nous trouvons  devant un immense menhir. Ces menhirs se trouvaient avant l’arrivée des celtes et formaient une partie des croyances religieuses. Les agriculteurs devaient planifier leur vie d’après les phénomènes naturels (par ex. le soleil) de sorte que ceux-ci jouaient aussi un rôle important dans leur religion.

Pendant le 1er Âge de Fer, nous trouvons des « tumuli » qui étaient des lieux d’enterrement où les morts étaient ensevelis sous des buttes. Nous avons été également émerveillés par des broches, des bracelets, des boucles de ceinture et la première épingle à nourrice en fer, témoignant aussi de cette époque.

Environ 800 ans avant Jésus-Christ apparaissent les Celtes de la Tène. On a propagé l’idée que les Celtes étaient des guerriers sanguinaires. Mais leur art et leur virtuosité technique dénotent un raffinement extrême. La vérité est qu’ils étaient à la fois violents et cultivés, qu’il y avait dans leur vie un lien entre terrestre et céleste. Ceci est illustré par une double spirale (une forme nouvelle chez les Celtes, mais en fait une invention grecque) qui se déroule vers le ciel et forme un symbole du divin, tandis qu’en face, incrustées au sol, se trouvent des plaques de métal rappelant l’agressivité guerrière des Celtes.

Ensuite nous entrons dans une halle majestueuse où se trouve un magnifique chaland gallo-romain qui mesure 20 m. En effet, la navigation était très importante entre  les années 400  et 4'400 avant J.-C. Mais comme le bois du chaland, une fois sorti de l’eau, pourrissait très vite, on a fait une copie fidèle à l’original en Araldite.

Pour terminer notre visite, nous avons admiré des bustes romains et des squelettes d’une femme et d’un garçon mérovingiens (dynastie qui régnait après l’occupation romaine) reposant dans leur cercueil.

Notons ici qu’en 2003, le Laténium a obtenu le Prix du Musée du Conseil de l’Europe, récompensant sa réussi- te muséographique et architecturale, la valeur de ses collections, ainsi que l’intégration du site dans son environnement. Un magnifique parc de 3 hectares, qui retrace la vie de nos ancêtres sur près de 50'000 ans, s’étale devant le musée et raconte l’histoire des rivages et des hommes qui y ont vécu depuis la fin de l’époque glaciaire jusqu’à nos jours. On peut y admirer de magnifiques reconstitutions de barques celtiques, d’un village lacustre d’il y a 6'000 ans ou des foyers de campement des hommes de Cro-Magnon.

Cette visite d’une heure nous a donné une vue d’ensemble de ce musée archéologique étonnant, mais il faudrait certainement y retourner pour étudier plus en détail ces merveilles du passé. Nous remercions Ami et sa commission pour nous avoir donné l’occasion d’explorer le monde de ceux qui se sont tus : nos ancêtres !

Heather Déverin