Nimmimit: Carnaval de Soleure 2010, 16 février 2010

Peut-on se laisser entraîner par les effluves carnavalesques si l’on n’en a pas reçu des extraits dans le lait maternel ? Deux grosses poignées d’exilés intérieurs de notre Cercle l’ont prouvé ce mardi 16 février 2010 à la Couronne et ont manifesté par leurs rires que les subtilités du dialecte liées aux « zénaurmités » locales ne leur échappent pas, surtout pas à celles et ceux qui ont pendant des lustres profité de l’enseignement linguistique sur l’oreiller…

Une fois de plus Ursula et Ami y brillèrent par leur élégance de jeunes premiers et Janine par la splendeur de son chapeau qui eût fait pâlir d’envie la reine de la plus grande île européenne Les groupes qui se présentèrent à nous rivalisèrent, soit par la splendeur du costume, les charmes d’une jeunesse sexie pour les unes, ou d’une jeunesse éternelle pour d’autres, soit par la finesse artistique des voix polyphoniques, mais bien sûr aussi par l’ironie souvent gentille, parfois acérée. Les politiques, notre ministre fédéral des finances ou son ami nord-africain, Röbu le rouge, les présidents des deux plus grandes villes de notre canton, leurs courageuses compagnes, les autres Roland ou Pirmin nationaux, en prirent pour leurs « grades ». Le Sässeli, le Bigoudi, le cinq étoiles de Schöngrün et la Jägerstube furent l’occasion de belles envolées lyriques. Bref un bonheur de tous les instants qui nous laissa à peine le temps d’apprécier un menu qui n’aurait laissé qu’un végétarien sur sa faim.

Une fois de plus, le carnaval de Soleure prouve qu’il est un événement culturel de très haut niveau et qu’il mérite que nous nous laissions encore plus nombreux emporter par sa magie.

Le moujèri