La langue française dans le monde par Victor Saudan,

29 septembre 2012

Que sont la francophonie et la Francophonie ? En faisons-nous partie ?

La francophonie avec minuscule, c’est l’ensemble des pays où l’on ne parle que le français ou seulement partiellement, mais où le français est la langue officielle. La Francophonie avec majuscule a été créée à Niamey au Niger. Elle est l’Organisation internationale de la Francophonie OIF, créée en 1969-70. Elle ne vise pas seulement le partage de la langue avec d’autres pays mais veut aussi promouvoir des valeurs démocratiques et la diversité culturelle dans le monde, avec une idée profondément humaniste.

La Francophonie est née de régions périphériques aux pays francophones, telle la Suisse romande. Elle est formée de pays ne parlant que le français ou partiellement comme la Suisse, mais dans ce dernier cas, le pays dans son entier en fait partie. Les Suisses alémaniques sont donc partie intégrante de la Francophonie, ce qui est particulièrement fort.

La Francophonie mondiale est en train de se créer, c’est un espace vivant, en construction, auquel nous participons en tant que Romands. À l’origine de l’organisation, il n’y a pas de politiciens mais des écrivains, des éditeurs, des universitaires, des chercheurs qui n’avaient aucun lien entre eux, sauf le français en partage, un objectif non pas économique mais culturel, voire philosophique. Leur pluralité porte en arrière-plan l’idée de la démocratie et de la diversité.

C’est en 1986 qu’eut lieu le premier sommet des chefs d’Etats à Montreux. Des personnes de pays non-francophones désiraient participer à la Francophonie pour une raison de vision plus poétique qu’économique. Depuis 2005, cela devient plus sérieux avec la création de textes et de documents avec des déclarations concernant l’économie, la prévention de conflits, les droits de l’homme, les diversités culturelles, les médias.

Il y a aussi une forte prise de position demandant de respecter la place du français, de ne pas seulement favoriser l’anglais, le chinois, etc. Les membres de l’OIF représentent 500 millions de personnes. Puisque des pays multilingues tels le Canada, la Suisse et d’autres en font partie, il y a donc moins de "vrais" francophones, soit 220 millions. Il y a beaucoup d’efforts pour créer une identité, que ce soit en Suisse, en France, à Haïti ou au Canada.

La langue française, et l’anglaise, sont les seules qui sont parlées sur tous les continents. 32 États ont fait du français leur langue officielle. Mais des pays comme l’Italie, les États-Unis ou l’Inde lui réservent certains privilèges. Les extrapolations montrent qu’au siècle prochain, le français devrait être majoritaire en Afrique. Aucune autre langue ne possède une organisation telle que celle de la Francophonie : par exemple l’anglais qui devient la langue mondiale n’a plus d’ancrage, elle a perdu son statut d’écriture.

Le français est tout le contraire, il a une histoire, un futur, un quotidien. Langue mondiale, le français est une langue d’enseignement et surtout une des rares langues apprises dans quasiment tous les pays du monde.

Pour les organisations internationales, il existe une prise de conscience croissante et une volonté de contrer la tendance au monolinguisme et la domination d’un idiome "anglomorphe". Issu de l’anglo-américain, il se limite à un corpus spécifique assez réduit, au pire à des formes franchement incorrectes que les traducteurs professionnels ont de plus en plus de mal à saisir.

Quel pourrait être notre contribution en qualité de Romands de Soleure ? M. Saudan a obtenu qu’il y ait au printemps une semaine culturelle en Suisse alémanique, durant laquelle chacun peut faire quelque chose et l’insérer dans le programme édité par la Délégation pour la langue française sise à Neuchâtel. Il s’agit donc d’un programme national mais étoffé par chaque groupe qui s’y intéresse, par exemple plusieurs sections suisses de l’Alliance française. Ce programme s’adresse aux enseignants, mais aussi à toute personne qui n’a pas assez l’occasion de participer à des activités en français. L’orateur verrait volontiers notre participation à ce projet…

Eric de Bernardini