Visite du musée Enter, samedi 12 avril 2014

Retour vers le futur

Si on m’avait dit que je passerais plus d’une heure dans un musée plein d’ordinateurs, de télés, de radios et de tels appareils, je ne l’aurais pas cru! Je suis une personne qui préfère les êtres humains aux machines, les émotions aux découvertes scientifiques et qui n’a aucune, mais absolument aucune notion ni de mécanique, ni de construction, en somme des sciences en général !

Mais je me suis inscrite pour la visite du musée Enter le 12 avril et, avec une trentaine d’autres membres du Cercle, j’ai passé plus d’une heure entourée de l’histoire non seulement de l’ordinateur mais de la radio, de la télévision, de la machine à écrire et maints autres phénomènes de notre temps.

Le musée Enter avait comme base la collection de l’entrepreneur Felix Kunz qui a rassemblé des ordinateurs pendant une trentaine d’années. Jusqu’en 2011, la collection, qui comprend environ 5’000 objets, se trouvait au Lischerhof Soleure. Cette ancienne ferme de 600 m2 était devenue trop petite pour une telle collection. En 2010, Kunz, le collectionneur Peter Regenass et sa femme ont créé une fondation pour le musée, qui fut ouvert en décembre 2011 dans un ancien dépôt de boissons, sur une surface d’environ 2'000 m2.

Dans ce musée, on attache beaucoup d’importance à ce que les ordinateurs soient tous en état de marche – ce qui n’est que rarement le cas avec les musées techniques. On y voit d’un côté des premiers ordinateurs personnels comme le Mark-8 mini-ordinateur, le Apple I et le Commodore PET 2001, et d’autre part les super-ordinateurs tels que le System/370 IBM ou un Sperry UNIVAC modèle 90/30 de 1972. Nous avons même pu admirer le Apple 1, un bijou et qui vaut aujourd’hui une fortune ! Il y eu des moments pleins d’émotion :

par exemple, quand nous avons admiré le calculateur Curta qui a été développé pendant l’internement de son inventeur au camp de Buchenwald !! Le musée Enter est le seul musée en Suisse qui expose une telle collection d’ordinateurs, de radios, de calculatrices, etc. et est probablement unique au monde à présenter cette collection de systèmes en état de fonctionnement. Les plus âgés d’entre nous étaient ravis de voir des gramophones de nos grands-parents ou même de notre enfance, les débuts de la télévision et de la radio, et les plus jeunes de se rendre compte comment, en si peu de temps, les appareils qu’ils utilisent tous les jours se sont développés de façon si incroyable. Pour finir, nous avons pu admirer des jeux de société et d’enfance collectionnés par la mère de Monsieur Kunz et qui datent de plusieurs générations. Certains d’entre eux sont même encore connus aujourd’hui ! Le musée a comme vision de devenir un endroit d’information, de rencontre et d’archi-vage. Il veut aussi pouvoir offrir ses services pour, par exemple, la conversion et le transfert de données anciennes aux supports de données modernes, ou la réparation de vieux ordinateurs, radios ou appareils de télévision. Pour ces projets d’avenir, les responsables comptent sur le soutien des membres de la fondation ou des « parrains » des appareils individuels.

Il est clair que nos membres techniciens ont appréciés mieux que moi les finesses de cette exposition extraordinaire mais, même en tant que profane, on ne peut qu’admirer la passion d’un homme qui a rassemblé aujourd’hui « ce qui, hier, constituait l’avenir ! » – un trésor inestimable !

Heather Déverin